Crédit photo : Caue93 / Agnès Paty - Twitter de Loïc Malfroy

Actuellement professeur d'EPS à Meyzieu, Loïc Malfroy a aussi enseigné dans la Seine-Saint-Denis. Auteur d'un livre, il était l'invité du Grand Direct, ce 29 avril, pour raconter ses expériences.

Tout a commencé à Vénissieux, où il a été stagiaire pendant une année pour finaliser sa formation de professeur à la faculté. Après l'obtention de son diplôme, Loïc Malfroy est muté en région parisienne dans un établissement classé REP+ (Réseau d'Éducation Prioritaire). "J'étais en Seine-Saint-Denis, et mon année en tant que stagiaire m'a permis de démarrer ma carrière de manière un peu plus sereine." Après avoir passé une année dans ce collège en région parisienne, il est revenu sur Lyon pour enseigner à Meyzieu. "Je voulais comparer, au travers, de mon livre, mes différentes expériences entre le 69 et le 93." Un an en Seine-Saint-Denis, un livre en auto-édition qui retrace l'année scolaire de ce jeune professeur.

Malgré ce que l'on pourrait penser des quartiers parisiens, "c'est bien plus complexe que ce que l'on pourrait croire." Les élèves qui manquent de respect au professeur, "en vérité ce n'est pas si noir ou blanc." Il explique que d'une famille à l'autre, les parcours de vie sont différents, les moyens ne sont pas les mêmes et pour les cours à distances, "ils ne disposent pas tous de tous les outils numériques pour se créer un environnement de travail confortable." Pour lui, ce n'est pas les professeurs qui sont à plaindre, mais bien les élèves. "Nous, les enseignants, nous devons nous adapter, c'est aussi notre mission. Mais ce qu'il faut vraiment cibler, c'est la difficulté pour les élèves de rester accrocher à ce wagon."

Dans son livre, Loïc Malfroy voulait rentrer dans la tête d'un professeur, dans la sienne. "Nous avons tous une perception du métier, nous avons tous été confrontés au système scolaire et aux professeurs, mais sans forcément passer de l'autre côté du miroir." Et plusieurs difficultés y sont évoquées. "La gestion d'une classe, se retrouver devant un groupe de jeune qu'on ne comprend pas forcément avec notre point de vue d'adulte." Et comme dans tous les métiers, au départ, ce débutant a connu des moments de doute.

Mais, l'auteur n'a pas baissé les bras et a même rencontré des "élèves qui se montrent reconnaissants, parce qu'ils ont apprécié votre cours. C'est souvent spontané." Du côté des parents, la reconnaissance est surtout arrivée avec les actualités sanitaires et les différentes annoncent de stop and go pour l'enseignement.