En ce samedi 14 mai, et pour terminer le tour complet des 9 arrondissements de Lyon, Frédéric Duval a invité Véronique Dubois-Bertrand, la maire du 3e arrondissement, l'arrondissement le plus grand et le plus peuplé de Lyon avec près de 110.000 habitants.

Comme pour les autres maires d'arrondissement, après avoir commenté l'actualité de la semaine, la première partie de l'entretien a été consacré à découvrir la femme politique qui dirige à présent le plus vaste arrondissement de Lyon et comme une partie de ses collègues, Véronique Dubois-Bertrand vient de la société civile et doit son engagement à son implication dans des milieux associatifs.

"J'ai été très présente dans les associations de parent d'élèves, dans les associations de quartier, je me suis engagée dans EELV en 2007, j'ai milité, j'ai fait des actions et au moment des municipales, on a fait le choix de désigner les candidats par sociocratie, et je me suis aperçue que beaucoup de monde considérait que je pouvais être une cheffe d'équipe".

Dans la seconde partie de l'émission, Frédéric Duval est allé à la découverte de cet arrondissement, et sous forme de carte postale, Véronique Dubois-Bertrand nous a présenté tous les nombreux quartiers qui composent cet arrondissement qui va de Moncey à Montchat, du Rhône jusqu'aux limites de Villeurbanne et Bron.

L'une des premières actions de Véronique Dubois-Bertrand, comme ses homologues, a été l'apaisement autour des écoles. Ensuite Véronique Dubois-Bertrand s'implique beaucoup sur les sujets de constructions dans le quartier de la part-dieu, souhaitant limiter la construction de nouvelles tours et végétalisé ce quartier beaucoup trop minéral. Elle souhaite aussi réaménager la quartier Péri et si possible détruite le CLIP qui fait barrière au quartier et qui selon elle, augmente l'insécurité.

"Cet immeuble est une barrière dans ce quartier, il a une trentaine d'années, il est en très mauvais état et il contribue à l'insécurité de la place Gabriel Péri. J'appelle de mes voeux à ce qu'il soit détruit, mais c'est un coût financier et écologique. La réflexion est encore en cours, ce quartier Péri est un quartier auquel je tiens beaucoup, c'est un quartier très riche, qui a un aspect multiculturel, cosmopolite, il y a une vie associative très forte, des solidarités énormes qui se créent dans le quartier, et c'est un quartier qui est en souffrance".

Enfin dans la dernière partie de l'entretien, frédéric Duval a interrogé son invitée sur la politique nationale, la réélection d'Emmanuel Macron et l'alliance historique de toutes les gauches en vue des prochaines législatives.

"Concernant les présidentielles : grosse frustration ! Peut-être qu'on n'a pas su convaincre et faire campagne commune autour de Jean-Luc Mélenchon et ses équipes. Chacun a voulu partir avec ses convictions à lui ! C'est important que l'écologie politique vive et soit portée au pouvoir. Je pense qu'on a vraiment raté quelque chose à pouvoir s'unir et à faire une alliance. Je me dit que pour les législatives, cette alliance qu'on a réussi à faire, elle ne peut que être gagnante".

Retrouvez ci-dessous en podcast l'intégralité de l'entretien ainsi que toutes les interviews politiques de Frédéric Duval.