Crédit photo : @bububuhler

Un rassemblement pour la visibilité lesbienne s'est tenu samedi dernier. Mais la manifestation a été arrêtée après avoir été attaquée par des militants de l'ultra-droite. Margot, l'une des organisatrices, était l'invitée du Grand Direct pour nous raconter cet événement.

Samedi dernier, à l’occasion de la journée de visibilité lesbienne, un rassemblement s’est tenu, Place de la Comédie, dans le 1er arrondissement de Lyon. L’occasion pour les femmes lesbiennes de « se rendre visible, de manifester et de lutter pour leurs droits », explique Margot, l’une des organisatrices. Car d’après elle, être lesbienne, « c’est subir à la fois du sexisme et de l’homophobie, au quotidien et de manière institutionnalisée ».

À travers cette manifestation, les participants et participantes demandaient « la possibilité de construire des familles, d’avoir des enfants », notamment par PMA. L’organisatrice raconte également qu’il était très important que ce rassemblement se tienne à Lyon, qui est « le berceau de La Manif Pour Tous ». Elle explique que notre ville n’est pas la plus sure pour les homosexuels. « On subit toujours des remarques. Les conditions sont particulièrement dures, en ce moment, pour les femmes lesbiennes. »

Autre exemple de cette insécurité : le rassemblement lyonnais a été attaqué par des militants d’extrême-droite. « Ils sont venus nous attaquer, armés de barres de fer, ils avaient arraché des panneaux de signalisation. » La police a dispersé les attaquants et un service d’ordre s’est chargé de rassurer les manifestants et également intervenir.

Pour Margot, cette manifestation n’est que « le début d’un mouvement lesbien ». Elle explique que de nombreuses protestations se mettent en place pour « lutter contre l’hétérosexualité comme système de domination à Lyon, en France et dans le monde ».