Une quarantaine de prostitués ont manifesté samedi soir dans le 7e arrondissement, avenue Tony-Garnier. La mobilisation leur a permis de dénoncer les violences dont elles sont victimes ainsi que les difficultés que leur posent les arrêtés anti-prostitution.

Les travailleuses du sexe ont exprimé leur mécontentement pendant une trentaine de minutes entre 21h15 et 21h45, dans le quartier de Gerland. Elles souhaitent, entre autre, que la mairie renoncent aux arrêtés anti-prostitution, notamment celui interdisant le stationnement des camionnettes. Habituées à installer leurs lieux de travail dans la contre-allée de l'avenue Tony Garnier, l'endroit a été rendu inaccessible au début du confinement par des blocs de béton.

Sans alternatives, elles ont occupé d'autres lieux, dont la Cité-jardin. Cependant, ces dernières perturbent le business des dealers, elles ont subi plusieurs agressions dont l'une remonte au 11 juin seulement.