Depuis mi-mars, les services d'urgences ont entamé une grève illimitée et à ce jour elle touche une cinquantaine d'hôpitaux dans toute la France.

Cette grève, ayant commencée après des agressions de personnel soignant par des patients ou accompagnants dans un hôpital parisien, a pour origine plusieurs motivations. Le personnel dénonce principalement leurs conditions de travail mais aussi le manque de personnel. Ils profitent également de cette grève pour demander la création d'un statut spécifique pour les urgentistes, ainsi que d'une prime qui leur sera associée.

Ce mardi matin, la Ministre de la santé Agnès Buzyn était l'inventée de France Inter. Elle a annoncé que cette grève concerne une cinquantaine de service d'urgence. Elle pense que cette grève n'est pas la bonne solution car elle entraîne une surcharge de travail. Mais la ministre dit toutefois comprendre l'impatience des personnels des urgences : "Ils sont débordés (...) Il faut que les personnes ne se rendent pas aux urgences ne façon inappropriée".