Après les services d'urgence ce sont les pompiers qui souhaitent dénoncer leurs conditions de travail. Il s'agit déjà de pas moins de sept syndicats qui ont déposé un préavis de grève nationale.

En novembre dernier, les soldats du feu avait déjà montré leur désaccord et demander des effectifs supplémentaires en manifestant à plusieurs reprises dans la rue.

La semaine dernière, ils ont adressé un courrier au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner pour lui faire part de la situation. Ils souhaitent dénoncer le manque d’effectifs et de moyens humains face à l’augmentation du nombre d’interventions et revendiquent la revalorisation de la prime de feu à hauteur des autres métiers à risques.

Ce nouveau mouvement débute ce mercredi 26 juin et se prolongera jusqu'au 31 août prochain.

Les sept syndicats concernés par cette grève représentent la majeure partie des pompiers français, c'est-à-dire un pourcentage de 85%.