Malgré que l’abandon animal soit durement puni par la loi, la France enregistre chaque année des milliers d’abandons, qui augmentent particulièrement lors des départs en vacances.

Le début de cette année 2020 a été vécu difficilement pour beaucoup d’entre nous, mais, le beau temps étant au rendez-vous, beaucoup ont décidé de rattraper les mauvais jours par d’agréables périples en famille ou entre amis lors de ces deux prochains mois.

Malheureusement, à cette situation fait écho un problème majeur : lors de leurs déplacements les propriétaires d’animaux de compagnie ne savent souvent pas quoi faire de leurs petits compagnons. Pour répondre à cette difficulté, ils en viennent à une bien triste résolution : abandonner leur animal sur le bas côté de la route, dans les champs ou même en forêt.

Comme chaque été, après la fin de l’année scolaire les associations de défense de la cause animale ont pris les devants avec de nombreuses campagnes de sensibilisation. Mais la situation cette année est à redouter doublement.

Catherine Moutarde, présidente et fondatrice de l'association Croc blanc à Lyon, nous en dit plus sur la complexité de cette situation en période estivale :

Entre moins d'adoptions attendues et une augmentation du nombre d'abandons, les refuges s'apprêtent à être très sollicités pendant ces vacances scolaires et prévoient déjà un été redoutable répondant aux conséquences du confinement.

Rappelons que, en plus d’être un acte de maltraitance passible de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende, l’abandon est un acte dramatique pour l’animal, étant un être sensible, vivant l’abandon comme un traumatisme.

Pendant le confinement, pour la première fois les refuges de la SPA de Lyon ont fermé leurs portes au public. En dépit du caractère inédit de la situation lié à la complexité de la crise sanitaire, les équipes ont continué d’assurer les soins des pensionnaires en attente d’une famille et mettent tout en œuvre pour replacer les animaux accueillis dans des familles.

Magalie responsable de la communication de la SPA de Lyon et du Sud nous parle de la situation du refuge de Brignais et nous explique pourquoi elle reste concentrée sur les semaines à venir :

Afin de sensibiliser le maximum de personnes pour cet été, la nouvelle campagne des refuges de Brignais (69) et Dompierre-sur-Veyle (01) met en avant aux travers de deux visuels, le lien d’amitié indéfectible qui unit l’homme à l’animal depuis des siècles, et ce, malgré nos défauts d'être humain.

Pour éviter d'arriver aux mêmes bilans dramatiques que les autres étés, il s'impose d'avoir une attitude responsable quand on a un animal de compagnie. Mais il en va de même pour les personnes souhaitant adopter un animal : il convient que ce soit une action réfléchie.

Nous vous invitons à privilégier l'adoption en association ou en refuge et surtout ne pas détourner les yeux quand on voit un animal qui à besoin d'aide. Il est indispensable de toujours faire preuve de bon sens en le nourrissant et en lui donnant un toit.

Christophe Dumont-Richet, directeur de la SPA de Lyon-Marennes, quant-à-lui, nous conseille de bien avoir à l’esprit qu’un chien peut vivre jusqu’à 12-13 ans et qu’un chat peut vivre jusqu’à 20 ans. Selon lui, il est également très important de faire identifier son animal à l’aide d’une puce électronique afin de pouvoir le retrouver en cas de perte. Il est nécessaire aussi de bien penser qu’il soit stérilisé pour éviter de se retrouver avec des portées de petits inattendus qui complexifieraient beaucoup le travail des refuges.

Pour éviter d’en venir à l’abandon Christophe Dumont-Richet nous indique comment éviter cette situation si vous ne pouvez pas prendre votre chien et votre chat avec vous : 

Il est bien sûr possible d'aider les refuges en adoptant un animal. La SPA de Brignais nous indique que les chiens et chats sont les plus abandonnés mais souligne qu'ils accueillent aussi des NAC (Nouveaux animaux de compagnie) qui sont tout type de rongeur mais aussi des lapins qui ne sont pas toujours les premiers animaux auxquels on pense à adopter en refuge.

Pour aider à la prise en charge de ces animaux, de nombreuses solutions sont également possibles à Lyon et sa région. Vous pouvez par exemple rejoindre les bénévoles des différents refuges cités dans cet article. Pour cela nous vous invitons à consulter leur site internet respectif :

Magalie de la SPA de Lyon et du Sud-Est nous a confié l'importance des aides financières (par don, parrainage d'un animal ou abonnement à leur revue) ou de dons matériels de la part des particuliers en cette période estivale. À noter que la SPA de Lyon est indépendante et qu'elle réalise elle-même ses propres campagnes afin de soutenir ses deux refuges à Brignais (69) et Dompierre-sur-Veyle (01).

Catherine Moutarde, présidente et fondatrice de l'association Croc blanc à Lyon nous explique comment aider son association concrètement :

Enfin pour susciter une prise de conscience contre tout cela, la SPA nationale a lancé, quant à elle, une campagne de sensibilisation au niveau national. Un court-métrage a été réalisé et est intitulé « Le survivant ». Ce dernier a pour objectif de révéler la dure réalité des conséquences tant physiques que psychologiques de l'acte cruel qui est l'abandon.