L’ancienne ministre socialiste Najat Vallaud Belkacem est, à son tour, venue défendre ses idées, en tant que tête de liste « l’alternative » aux élections régionales, dont le premier tour est fixé, pour l’heure au 13 juin 2021.

Pendant près d’une heure, l’ancienne conseillère régionale a détaillé les différentes mesures qu’elle compte appliquer si elle devient la prochaine présidente de la Région Auvergne Rhône Alpes. Après une pause « forcée » pour cause de Covid19, Najat Vallaud Belkacem a repris sa campagne et a commencé par la radio Lyon 1ère où, pour la première fois, elle a pu longuement dérouler le contenu de son programme.

Laurent Wauquiez : "le Seigneur des panneaux"

En préambule, elle a fustigé le bilan et le style de celui qu’elle considère comme son principal adversaire, l’actuel président LR Laurent Wauquiez. Quelques jours avant cet entretien, elle avait publié un communiqué pour annoncer son intention de saisir la Chambre régionale des comptes. D’après un article publié dans Médiacités, la Région aurait l’intention de faire produire et diffuser des vidéos vantant le bilan de l’action régionale durant les mois d’avril et mai prochains. Ce que n’accepte pas notre interlocutrice, qui critique le mode de communication « personnelle » de Laurent Wauquiez. « Il apparaît clairement aujourd’hui que les moyens de la Région sont quand même très souvent utilisés au profit de sa communication personnelle » explique-t-elle. « C’est un problème honnêtement ». Au passage, elle affuble le président sortant d’un surnom qu’elle a entendu durant ses déplacements de campagne « Il y a une expression que nombre d’auvergnats rhône-alpins utilisent… On l’appelle le « Seigneur des panneaux »… parce que la moindre subvention, la moindre aide donnée sur ce territoire est conditionnée par le fait d’avoir un panneau bleu chantant les mérites de Laurent Wauquiez lui-même »

Dans l’entretien que vous pouvez écouter intégralement en podcast ci-dessous, Najat Vallaud Belkacem a abordé de nombreux sujets. Parmi lesquels, ses espoirs d’une alliance à gauche avec notamment les écologistes « Nous ne sommes pas au bout du chemin (…) mais je suis quelqu’un de nature optimiste, et je vous le dis, l’histoire n’est pas finie », ses ambitions personnelles, au-delà de l’avenir de la région Auvergne Rhône Alpes… Souhaite-t-elle revenir à la politique nationale à l’occasion des élections présidentielles ? Réponse dans ce podcast.

La candidate aborde également, comme c’est la tradition de l’émission, ses propositions concernant les principales compétences régionales, qu’elle place sous la volonté générale de faire de ce territoire « la région du bien-être »

Sur l’économie 

Najat Vallaud Belkacem annonce vouloir créer un « Fonds souverain régional » pour apporter des fonds propres et soutenir les créations d’emplois, en soumettant ces aides à des critères écologiques et sociaux, comme le respect de l’égalité femme-hommes, ou l’insertion des personnes en situation de handicap. Elle veut soutenir la reprise des entreprises. Elle évoque également son projet de créer 500 000 formations professionnelles sur son mandat. 

Sur la jeunesse 

La tête de liste annonce sa volonté de soutenir les jeunes habitants par des aides financières en matière de transport, pour faciliter leur mobilité. La gratuité des TER pour les 18/25 ans les plus précaires figure dans son programme. Elle souhaite également créer de nouveaux lycées publics, fustigeant à nouveau l’immobilisme de Laurent Wauquiez en la matière. Dans les lycées, elle souhaite que les cantines soient approvisionnées à 100% par des produits agricoles ayant un label de qualité et produits sur le territoire. Elle souhaite également étendre le « Revenu solidarité Jeunesse » de la Métropole de Lyon à l’ensemble de la Région. Elle parle de créer un bouclier contre la précarité des jeunes, pour les protéger sur le plan alimentaire et sanitaire. Elle annonce, sur le modèle des APL, la création d’une Aide Personnalisée à l’Alimentation locale.

Sur l’écologie 

Najat Vallaud Belkacem annonce son souhait de créer un « parlement climatique » pour permettre aux habitants de participer aux décisions, ce qui favoriserait une écologie « populaire ». Elle considère comme « absolument majeur » le sujet de la transition écologique.

Sur les transports 

Comme la candidate des écologistes, elle souhaite la réouverture de plusieurs lignes et annonce son souhait de faire l’achat de trains régionaux à grande capacité pour les lignes bondées. La candidate socialiste souhaite une tarification unique et sociale. Elle en fait un symbole de la lutte contre les inégalités, qui lui tient à cœur. « Le rôle de la Région c’est d’être aux côtés des plus pauvres, et de ne jamais les négliger »

Sur la société

Elle défend un combat en faveur de l’égalité homme-femme et annonce qu’elle mettra en place « naturellement», un budget genré, comme l’a fait Grégory Doucet à la tête de la Ville de Lyon. Estimant qu’il s’agit d’une « fausse polémique à la noix », elle confirme qu’elle « ne compte pas se renier pendant la campagne » et prend le temps d’expliquer pourquoi elle défend cette idée. A réécouter à la 40ème minute de notre podcast. 

Sur la sécurité 

Najat Vallaud Belkacem souhaite protéger les habitants. Ce qui inclue la protection des personnes et des biens. Elle rappelle que la sécurité « est un droit fondamental. Il faut que les gens n’aient pas la peur au ventre en rentrant chez eux » explique-t-elle. Sur ce sujet, elle est se dit prête à « sortir des compétences générales d’une région, de mettre de la video-surveillance et des moyens humains notamment dans les transports.»

Reprise culturelle

La candidate a enfin abordé ses propositions concernant les domaines de la culture. Elle appelle à réunir les acteurs de ce secteur « épuisés par un manque de perspective ». Elle reproche à Laurent Wauquiez l’absence de préparation pour l’avenir. Elle veut donc imaginer avec les acteurs concernés les contours d’un plan de reprise. « Je suis persuadée qu’au sortir de la crise sanitaire, on va vivre un âge d’or de la culture » a-t-elle conclu.

Ré-écouter le podcast intégral :