Ce matin place Carnot à Lyon se tenait la cérémonie d’inauguration de la nouvelle stèle en mémoire de la rafle de la maison d’Izieu, le 6 avril 1944 dans l’Ain.

Une stèle à la mémoire de ces 44 enfants juifs et de leurs 7 éducateurs, arrêtés à Izieu il y a 75 ans presque jour pour jour sur ordre de Klaus Barbie, existait déjà dans le jardin à leur nom près du Centre d’histoire de la Résistance et de la Déportation. Elle avait été profanée en 2017.

Le choix de la place Carnot est symbolique, selon le maire de Lyon Gérard Collomb, qui a participé à la cérémonie. “Elle est dans un lieu public, à la vue de tous,” déclare-t-il ; mais surtout, “elle est près de la gare de Perrache,” d’où ces enfants sont partis en train pour rejoindre le camp d’extermination d’Auschwitz. Le plus jeune de ces enfants, Albert Bulka, avait quatre ans. De cette rafle, il n’y eut qu’une seule survivante : Léa Feldblum, éducatrice, qui avait à l’époque 25 ans.

La cérémonie s’est tenue en présence de Beate et Serge Klarsfeld, dont le travail a rendu possible le procès de Klaus Barbie en 1987, et dont les portraits réalisés par Winfried Veit ont également été inaugurés à la maison d’Izieu.