Crédit photo : DR

La place Bellecour sera la scène de manifestation des sages-femmes, ce mercredi. Maelle Joubert est l'une d'entre elles. Elle nous explique les raisons de cette manifestation et raconte le quotidien des sages-femmes à Lyon, dans le Grand Direct, ce mardi 4 mai.

Ce mercredi, les sages-femmes vont manifester, place Bellecour. D’après Maelle Joubert, sage-femme, leur corps de métier revendique « une reconnaissance de nos compétences et de notre statut médical ». Pour cela, les manifestants veulent instaurer un cursus de six ans, contre l’actuel, de cinq ans. Les sages-femmes veulent également « une augmentation des effectifs » pour assurer une bonne prise en charge des femmes enceintes durant les accouchements.

Parmi leurs demandes, on retrouve également l’adaptation du parcours de soin pour devenir sage-femme référente, afin que les femmes enceintes « ne se retrouvent pas toutes seules après la naissance ». À cela s’ajoute la reconnaissance salariale « qui va avec nos revendications et notre statut de profession médicale », explique Maelle Joubert.

Bien que peu nombreuses (24 000 en France), les sages-femmes espèrent faire entendre leurs voix au cours de cette manifestation. « Individuellement, on a peu d’impact. Et nos syndicats sont très peu, voire pas du tout représentés. »

Être sage-femme en pleine crise sanitaire

Comme tout le monde, les sages-femmes ont dû s’adapter aux règles sanitaires. « Il nous faut maintenant plus de temps pour aérer le cabinet, on fait encore plus de nettoyage et il faut s’adapter pour tourner dans la salle d’attente. » Elles ont donc dû augmenter leur charge de travail sans qu’on leur donne le matériel pour.

Cette période a également créé une baisse des naissances. « Il y a une diminution du nombre de naissances, avec un petit pic, neuf mois après le confinement. On a quand même des patientes qui se posent de plus en plus de questions pour lancer des grossesses dans la situation actuelle. »

En pleine crise sanitaire, les sages-femmes ont dû faire face à la surcharge des hôpitaux et maternités. Maelle raconte qu’avec « les protocoles à appliquer et certaines patientes qui se retrouvent en réanimation ou avec des adaptations de soins spécifiques pour le COVID, c’est très compliqué. » Elle dénonce également le « rythme effréné » auquel elle se retrouve confronté avec l’enchaînement très rapide des patientes, qui ne peuvent pas s’attarder à la maternité.

La manifestation des sages-femmes débutera ce mercredi à 14h, place Bellecour. Pour respecter les consignes sanitaires, le cortège ne défilera pas dans les rues de Lyon et restera donc sur place.