Pour fêter les 100 ans de la radio et les 40 ans des ondes, le fondateur de Lyon 1ère, Michel Blanc, était l'invité du Grand Direct, ce 4 juin. De radio Arc-en-Ciel à Lyon 1ère, Michel Blanc retrace l'évolution de la radio.

Il y a maintenant 100 ans que les premières émissions radiophoniques ont été diffusées depuis la Tour Eiffel. En effet, la première station de radio créée en France émet pour la première fois en 1921 depuis la Grande Dame de Fer. Mais le tournant de l'histoire de la radio en France reste la libération des ondes en 1981. Avec une loi qui prévoit des dérogations au monopole d'État pour les radios locales et privées associatives. Ainsi, les premières "radios libres" voient le jour.

"Une aventure" que Michel Blanc n'oubliera jamais. "C'est quelque chose de prenant de monter une radio et la faire vivre. Mais j'ai appris et j'ai surtout rencontré des personnes que je n'aurais probablement jamais connues sans ça." C'est avec le sourire que Michel Blanc repense aux prémices de Lyon 1ère. "En 1983, c'était Radio Arc-en-Ciel avant qu'elle ne devienne Lyon 1ère." Un changement qui s'est fait non sans mal. "Au final, quand j'y repense, le plus difficile a été l'argent. Il a fallu trouver des fonds pour créer la radio, mais nous y sommes arrivés." Michel Blanc, lui, est un enfant de la radio. "Je suis né là-dedans, et c'est difficile de faire autrement, évidemment que j'écoute encore la radio, mais beaucoup de choses ont changé." Pour lui, les radios se sont "banalisées", néanmoins, il reste fier que Lyon 1ère ait gardé sa ligne éditoriale. "Lyon 1ère garde cette démarche locale et c'est super." Cependant, le fondateur regrette "qu'il y ait de moins en moins de contenu."

Dans les changements notables, pour lui, il y a aussi la place des femmes sur les ondes. "Nous étions une des rares stations qui avaient des femmes, avec beaucoup d'humour." Et même si cela date d'un autre temps, il l'avoue, "à une certaine époque, les femmes étaient prises pour des potiches, elles étaient là pour faire jolie. C'est peut-être encore le cas aujourd'hui, mais je trouve que ça a évolué et en bien." Et il parle surtout du professionnalisme qui s'est installé dans ce monde. "Les femmes ont toujours été beaucoup plus travailleuses que les hommes, c'est un constat que j'avais fait à l'époque et je crois que c'est encore vrai." Toutefois, il estime "qu'il y a encore un effort à faire."

Alors du haut de ses 72 ans, Michel Blanc continue d'écouter sa radio, et il le dit : "Écoutez-nous, on parle de vous."

Crédit photo : La Lettre Pro de la radio