Crédit photo : Pixabay

Comment déduire les dépenses du télétravail de ses impôts ? C’est ce à quoi répond François-Xavier Combe, fondateur d’Easyblue et invité du Grand Direct de ce mercredi 14 avril.

Il est désormais possible de déduire les frais liés au télétravail de nos impôts. D’après François-Xavier Combe, fondateur d’Easyblue, une assurance pour les entrepreneurs et créateurs de startup, cela marche à la fois pour les salariés d’entreprises en télétravail, mais également pour les entrepreneurs travaillant depuis chez eux.

Il explique qu’ « habituellement, de manière automatique, l’administration fiscale fait une déduction forfaitaire de 10 % de votre salaire ». Cela représente les frais professionnels annexes et « c’est limité à 12 652 € par an ». Mais à partir de quelques calculs simples, et dans certains cas, il est possible de déduire plus. C’est la déclaration aux frais réels.

Des déductions d’impôts pour les salariés

Le fondateur et directeur d’Easyblue poursuit en expliquant qu’il faut calculer le pourcentage du logement utilisé pour le télétravail. Il est alors possible de déduire ce pourcentage de « toutes les factures », comprenant « le loyer, l’électricité, la taxe foncière si vous êtes propriétaires, les charges de copropriété, l’assurance habitation. On parle aussi du chauffage, d’Internet et des frais d’équipements, si vous avez eu à vous équiper ou à utiliser du matériel personnel à titre professionnel pour télétravailler ».

Et il s’agit d’un calcul individuel donc peu importe si la personne est en couple, célibataire ou divorcée puisque c’est le statut de salarié qui compte. Mais selon François-Xavier Combre, « il faut quand même faire le petit exercice de comparaison entre la réduction forfaitaire et les frais réels », pour voir quelle option est la plus avantageuse pour ensuite cocher la bonne case sur sa déclaration d’impôts.

Le cas des entrepreneurs

Pour ce qui est des entrepreneurs travaillant chez eux, ils pourront prendre les charges qui sont dues à leur travail et les déclarer sur leur entreprise. Mais attention, François Xavier prévient, « il faut vérifier que votre assureur habitation accepte que vous travailliez en tant qu’indépendant chez vous ».

Pour le fondateur d’Easyblue, il faut « se demander ce qu’on utilise, au quotidien, chez soi, pour travailler. Que ce soit du papier, des consommables ou quoi que ce soit que vous utilisez, vous en faites la liste et vous allez pouvoir les déduire. »