Crédit photo : viffil.com.

Céline Josserand est la directrice de VIFFIL-SOS Femmes, une association qui accueille, accompagne et héberge les femmes victimes de violences conjugales. Invitée du Grand Direct ce mercredi 24 février, elle explique quels moyens ont été mis en place pour lutter contre les violences intra-familiales.

VIFFIL-SOS Femmes accueille, accompagne et héberge des femmes victimes de violences conjugales. Elle a également un service d'aides aux victimes fédéré à France Victimes, un réseau qui a développé des outils pour aider les personnes victimes de violences.

Lundi 22 février dernier était la journée européenne des victimes. L'occasion pour la Fédération France Victimes et le Fonds de Garantie des Victimes de lancer parcours-victimes.fr. Il s'agit d'un site d'informations pour les personnes, mineures ou majeures, victimes de violences physiques, sexuelles et psychologiques. Quel est le but de "Parcours Victimes" ? Accompagner les victimes depuis les faits subis jusqu'à une possible indemnisation.

"Il y a une hausse de violences, de la libération de la parole et une médiatisation des violences avec #MeTooInceste. Il faut saluer les personnalités publiques qui dénoncent de manière forte ce qu'il s'est passé pour elles et qui aident toutes victimes à dénoncer tous les faits de violences qu'elles auraient subis ou qu'elles subissent encore", explique Céline Josserand.

"Mémo de Vie" avait également été lancé le 23 novembre 2020 pour les personnes qui n'osent pas parler de ce qu'elles vivent au quotidien. Une plateforme qui permet de consigner et conserver les preuves de violences comme des photos, des messages, des enregistrements ou encore des consultations médicales. Des documents qui pourront être utilisés lors d'une audition pour porter plainte et permettre à l'auteur des violences de le confronter à ces preuves.