Le jugement a été rendu ce mardi par le tribunal correctionnel de Lyon. Un homme a en effet été reconnu coupable de faits d'injures publiques aggravées.

Les faits se sont déroulés après la publication d'un article de la journaliste sur un bar à rhum, dans lequel on pouvait lire les propos colonialistes du gérant. L'accusé de 38 ans, faisant parti d'un site d'ultra-droite lyonnaise, à l'origine d'une campagne de harcèlement contre une journaliste, proche du Petit Bulletin.

Il est également condamné à verser 5 000 euros de dommages et intérêts à la victime ainsi que 500 euros au Syndicat National des Journalistes ainsi qu'à Reporters Sans Frontières. La journaliste s'est dit satisfaite même si elle évoquait des réserves à nos confrères du Monde : « C’est une bonne nouvelle, car l’un de mes harceleurs a été déclaré coupable alors qu’il demandait la relaxe. Mais je regrette que la justice ne soit pas allée rechercher les nombreux autres auteurs qui m’ont menacée de viol, de mort, insultée, diffamée. »

Il est important de souligner que le principal instigateur de ces menaces n'a pas été jugé pour le moment. L'homme a été identifié et se réfugie actuellement au Japon.