Un nouveau prototype de scanner est inauguré aujourd'hui aux Hospices Civils de Lyon, à Bron. Il devrait permettre d’obtenir des images en couleur à la résolution cinq fois plus précise.

Méthode d’imagerie la plus pratiquée dans le monde, l’utilisation du scanner permet d’observer en noir et blanc l’intérieur du corps humain pour repérer les anomalies, notamment la présence de tumeurs. Mais les PET SCAN nucléaires habituels nécessitent l’emploi de marqueurs radioactifs à l’utilisation délicate, en plus de valoir quelques 2,3 millions d’euros.

Ce nouveau modèle de scanner, créé par le fabricant néerlandais Philips, ne devrait coûter “que” 1,4 millions d’euros à l’achat. Il ne s’agit encore que d’un prototype, qui sera utilisé pour expérimenter sur de gros animaux (notamment des porcs), mais le modèle devrait à terme permettre de réaliser à moindre coût beaucoup d’examens habituellement réservés aux PET SCAN. Subventionné par l’Etat, l’appareil a déjà été utilisé pendant trois ans pour effectuer des tests sur de petits animaux.