Ce lundi quatre personnes ont été placées en garde à vue : le principal suspect de 24 ans et trois de ses proches. Le domicile à Oullins du suspect a été perquisitionné.

Dans les restes du sac en kraft qui contenait l'explosif artisanal déposé devant la boulangerie lyonnaise de la rue Victor-Hugo, les enquêteurs ont relevé trois traces ADN. Ces trois empreintes correspondraient à l'ADN du suspect interpellé ce lundi matin.

De plus, à son domicile des produits chimiques, des matériaux électroniques et un sac en kraft identique à celui qui a contenu la bombe qui a explosé vendredi dernier, ont été retrouvés. Lors de la perquisition, les enquêteurs ont entendu une détonation venant d'un récipient jeté dans une poubelle.

Les démineurs sont intervenus et il semblerait qu'il s'agirait de la même matière qui a servi à fabriquer le colis piégé qui a explosé rue Victor-Hugo, c'est-à-dire du TATP (tripéroxyde de triacétone), un explosif artisanal.