Ce samedi 20 novembre, Étienne Blanc de la famille LR et sénateur du Rhône était l'invité de Frédéric Duval sur Lyon 1ère. L'occasion pour lui de s'exprimer sur la polémique qui l'a conduit à quitter la présidence des LR à la mairie de Lyon.

Frédéric Duval a clairement posé la question à Étienne Blanc : "Qu'est ce qu'il s'est passé pour en arriver là ? on a besoin de comprendre... "

Étienne Blanc rappelle que depuis qu'il s'est présenté aux élections municipales, il n'a qu'une seule obsession : "l'union des droites. A Lyon les droites depuis si longtemps se déchirent et rendent impossible une perspective d'alternance". Il s'est exprimé sur sa vision de sa famille politique.

A la faveur des élections présidentielles, j'ai exprimé très clairement mon positionnement politique. Les français nous parlent et nous disent leurs craintes, et j'ai dit très clairement qu'il fallait prendre en compte ce que disait Eric Zemmour, parce que c'est sans doute celui qui l'exprime intellectuellement, en historien, en philosophe, qui l'exprime avec le plus de clarté, et j'ai toujours été très clair sur ce sujet là ! Écoutez ce qu'il vous dit ! sinon vous ne serez pas au second tour des élections présidentielles ".

Pour Étienne Blanc, c'est évidemment un mauvais procès que lui fait sa famille politique, car il ne pense pas être un "type d'extrême droite" déclare-t-il au micro de Frédéric Duval, mais il considère que tant que les LR n'aborderont pas ces sujets là, avec leur discours et leur vocabulaire, avec leur réponse, les LR ne seront plus au 2e tour des élections présidentielles.

"Quel est l'intérêt dans une famille politique de se déchirer ? alors que je m'efforce à rassembler, à réunir. On en gagne pas dans la division".

Un contexte également amplifié que n'a pas manqué de rappeler Frédéric Duval, sur les propos d’Étienne Blanc concernant le régime de Vichy, lequel s'est exprimé en retour très clairement.

La 2e partie de l'entretien a été consacré au bilan que tire Étienne Blanc sur la gestion de la ville par la majorité écologique depuis 18 mois. Un bilan qu'il fustige en des termes assez fort :

"Ce qui m'a le plus frappé, depuis que Grégory Doucet et que les Verts et l'Extrême gauche sont au pouvoir, c'est le discrédit qui a été apporté à la Ville de Lyon, parfois même le ridicule."

Étienne Blanc fustige l'exécutif sur les questions de sécurité qui ne sont absolument pas traités à ses yeux et sur l'économie seule responsable d'émission de C02 à ses yeux.

Frédéric Duval s'est ensuite intéressé au rôle d'un sénateur et aux actions d’Étienne Blanc, qui a travaillé notamment sur les questions d'influence au sein des universités, ainsi que sur son soutien à Michel Barnier dans le cadre de la primaire de la droite.

Entretien complet à écouter et à podcaster ci-dessous :