Philippe Caubère, immense metteur en scène et acteur marseillais, auréolé de nombreux Molières au Théâtre, joue actuellement un nouveau spectacle autour des célèbres "Lettres de mon moulin" d'Alphonse Daudet. Un spectacle en deux parties, que l'on peut aller découvrir jusqu'au 1er novembre à la Comédie-Odéon à Lyon. Un "vrai spectacle et pas une simple lecture", précise le comédien qui veut mieux faire connaître Alphonse Daudet et jouer les "multiples accents de la Provence".

Un avis partagé sur le couvre-feu

Que ce soit sur les corridas, ou encore la prostitution, le comédien et réalisateur a l'habitude de donner son avis -même polémique- sur des sujets d'actualité, qui touchent la société. Concernant la Covid 19 et les récentes décisions du gouvernement de mettre en place un couvre-feu qui, à nouveau, impacte le monde de la culture, son opinion est cette fois plus contrastée. " On n'est pas les seuls dans la merde... Toute l'Europe est dans la merde et j'ai pas envie d'insulter les pouvoirs publics parce qu'ils essayent de limiter des dégâts qui, de toute façon, ont été commis il ya maintenant 30 ans. Ca fait 30 ans qu'on détruit l'hopital public, qu'on avance à l'aveuglette. Et c'est cela qu'on paye, et ça remonte à Jacques Chirac. (...) On peut juste dire qu'il n'y en a pas un pour racheter l'autre sur ce plan là. "

https://www.instagram.com/tv/CGXCiqfo4US/?utm_source=ig_web_copy_link

Je salue ce grand acteur...

Mais, s'il développe une opinion mitigée sur les événements actuels, le comédien prend tout de même soin de soutenir franchement le récent coup de gueule de son confrère Fabrice Lucchini: "Quand je vois certains -et je ne vais pas dire les noms- qui disent qu'on va y arriver, qu'on s'en sortira... pour faire un peu de la lèche au pouvoir, ça m'insupporte. Et quand j'entends Lucchini gueuler... à sa façon... d'une manière anarchique... je suis fier d'être comédien. Et je salue ce grand acteur, qui se fait insulter évidemment, et immédiatement, par d'autres acteurs en plus... C'est vraiment triste. Voilà, c'est bien qu'il y en ait un qui gueule comme ça. "