On pensait déjà avoir touché le fond après les violences du match OL - OM au groupama stadium, il y a quelques semaines, le football français a encore vécu hier soir une bien triste soirée !

Vendredi soir, le Paric FC recevait l'Olympique Lyonnais en 32e de finale de la Coupe de France, au stade Charléty. A l'issue de la première mi-temps ou les deux équipes étaient alors à égalité (1-1), une bagarre a dégénéré entre supporters Lyonnais et Parisiens à la suite de jets de fumigènes. Des débordements qui ont obligé les forces de l'ordre à se déployer. De source policière, ces incidents ont fait deux blessés, un policier et un supporter.

Dans ce climat délétère, l'arbitre a décidé de mettre un terme définitif à la rencontre, qui ne s'est donc pas terminée !

La Commission de discipline de la Fédération française de Football a annoncé ce samedi qu'elle allait se réunir "en urgence, en début de semaine prochaine, pour ouvrir l'instruction d'un dossier disciplinaire. "Les décisions disciplinaires seront prises la semaine suivante, avant les 16e de finale de la compétition (2 et 3 janvier 2022)", précise l'instance.

"Les incidents lors du match Paris FC - Olympique Lyonnais, vendredi soir, au stade Charléty, sont intolérables", a réagit Noël Le Graët dans un communiqué de la FFF. "La bonne décision était d’arrêter cette rencontre le plus rapidement possible. L’arbitre du match a parfaitement réagi dans un contexte difficile. Le football, la Coupe de France sont le contraire de ces faits de violence. Ces quelques groupes de pseudo-supporters, à l’origine de ces incidents et de ces violences, n’ont rien à faire dans un stade".

Le staff de l'Olympique Lyonnais n'a pas tardé à réagir ce samedi dans un communique de presse.

"Dans ce contexte, jusqu’à nouvel ordre, et jusqu’à ce que la lumière soit faite sur l’identification des auteurs, l’Olympique Lyonnais décide d’interdire de déplacement les groupes de supporters pour les matchs à l’extérieur."

"Dès vendredi soir, l’Olympique Lyonnais s’est mis à la disposition des enquêteurs et instances pour que la lumière soit faite sur l’intégralité des actes commis lors de cette soirée et que les responsabilités soient établies, que ce soit dans le jet de bombe agricole à l’intérieur du parcage en début de mi-temps, les fumigènes, les violences et l’envahissement de terrain.

L’Olympique Lyonnais assumera l’ensemble de ses responsabilités et témoigne dès à présent d’une extrême détermination de voir les personnes impliquées, quelles que soient leurs appartenances de clubs, être sanctionnées.

Ainsi, l’Olympique Lyonnais a décidé de porter plainte après ce déchaînement de violences et prendra les mesures les plus sévères contre les personnes impliquées après les identifications, y compris contre les supporters lyonnais qui seraient concernés.

Les équipes de sécurité de l’Olympique Lyonnais ont d’ores et déjà commencé à analyser toutes les images et utiliseront tous les outils à leur disposition pour sanctionner chacune des personnes qui sera identifiée. L’Olympique Lyonnais appliquera avec force et détermination les sanctions maximums, y compris la radiation de stade à vie.

Les individus impliqués n’ont pas leur place dans un stade, la violence ne peut plus être tolérée dans les stades. Ces derniers doivent faire l’objet d’aménagements technologiques et être mieux organisés pour identifier les fauteurs de troubles. Les violences doivent être fermement condamnées par l’ensemble des acteurs du football, y compris par les groupes de supporters.

Plus que jamais, nous devons éradiquer ces phénomènes de hooliganisme et bannir tous ceux qui sont ennemis, par leurs actes, du football, mais aussi des clubs dont ils se revendiquent.

Dans ce contexte, jusqu’à nouvel ordre, et jusqu’à ce que la lumière soit faite sur l’identification des auteurs, l’Olympique Lyonnais décide d’interdire de déplacement les groupes de supporters pour les matchs à l’extérieur."

L'Olympique Lyonnais risque gros. Des sanctions seront annoncées dans une dizaine de jours. Comme annoncé par nos confères de L’Équipe, la Commission de Discipline de la FFF pencherait davantage sur une exclusion de Coupe de France assortie d'une lourde amende, plutôt qu'un match à rejouer dans un Groupama Stadium vide... Affaire à suivre !