Un essai clinique, baptisé Discovery et mené par l'ISERM ( Institut national de la santé et de la recherche médicale), a débuté ce dimanche 22 mars à Lyon, Paris, Lille, Nantes et Strasbourg.

Cet essai, piloté par les Hospices civils de Lyon, inclura au moins 800 patients français atteints de formes sévères du Covid-19. Les patients seront séparés en 4 groupes.

Le premier va être pris en charge de façon classique. Il s'agit du groupe test. Le deuxième groupe recevra un traitement habituellement utilisé contre le virus Ebola, le Remdesivir. Le troisième groupe sera soigné avec un médicament qui sert à traiter le VIH : le Kaletra. Enfin, le quatrième groupe se verra administrer une association de deux molécules : le Kaletra Interferon, un antiviral et un régulateur du système immunitaire.

3200 patients européens sont également concernés pour tester quatre traitements expérimentaux contre ce virus. Ces patients viennent de Belgique, des Pays-Bas, du Luxembourg, du Royaume uni, d'Allemagne et d'Espagne, et peut être d'autres pays.

"Nous avons analysé les données issues de la littérature scientifique (...) pour aboutir à une liste de molécules antivirales à tester : le remdesivir, le lopinavir en combinaison avec le ritonavir, ce dernier traitement étant associé ou non à l'interféron bêta, et l'hydroxychloroquine", indique Florence Ader, infectiologue dans le service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital de la Croix-Rousse au CHU. "La liste de ces médicaments potentiels est par ailleurs basée sur la liste des traitements expérimentaux classés comme prioritaires par l'Organisation mondiale de la santé".

Les premiers résultats devraient tomber dans une quinzaine jours.