Le secret de l'émeraude, un roman policier écrit par la plume d'un lyonnais. Ayore, son auteur, était l'invité du Grand Direct, ce 20 avril, pour raconter cette aventure auto-éditée.

"Un jeune héritier de 19 ans, nommé Hugo Randson, est hanté par la mort de ses parents assassinés. Déterminé à retrouver les coupables de ce qui a meurtri son enfance, Hugo découvre de mystérieux messages cachés à l'intérieur de l'émeraude que sa mère lui a légué. Une quête de vérité qui le mènera dans d’incroyables aventures à travers un monde en pleine mutation."

Hugo Randson, le secret de l'émeraude, est un roman policier et d'aventures auto-édité par Ayore. "J'ai tout fait de A à Z. De l'écriture à l'édition en passant par la distribution dans les librairies." Une démarche qui lui a coûté pas moins de 1 200 euros. Évidemment, ce Lyonnais le sait, avec une maison d'édition "tout aurait été plus simple, surtout en ce qui concerne la promotion à travers différents médias nationaux." Mais pandémie oblige, il explique que "les maisons d'éditions sont plus frileuses quand il s'agit de signer avec de nouveaux auteurs."

La découverte d'un documentaire sur Jack London et son tour du monde à bord d'un navire, a créé en lui une soudaine envie d'écrire. Et bien évidemment, quoi de mieux que de s'inspirer de son vécu pour commencer à poser des mots sur des pages blanches. "Comme le protagoniste de mon roman, je suis un aventurier." Effectivement, des terres d'Afrique, à la jungle amazonienne tout en passant par l'Extrême-Orient, Ayore a eu la chance de pouvoir voyager. De nombreux voyages qui ont largement inspiré la construction de son livre. Une pincée de pop culture et d'énigmes, et vous avez la recette d'un livre - on l'espère - à succès ?

Le secret de l'émeraude est le premier roman d'une trilogie. Alors, si pour le moment ce premier tome n'a été tiré qu'à 200 exemplaires, il espère pouvoir en éditer bien d'autres. Un livre disponible, pour le moment, uniquement dans la région lyonnaise, ou sur la toile via son site internet. Et pour les amateurs d'adaptation cinématographique, Ayore avoue même avoir "envoyé son scénario à... Netflix." Et pourquoi pas ?