Les deux hommes, âgés de 39 et 40 ans, ont reconnu avoir mis le feu à un premier pylône téléphonique la semaine dernière à Saint-Forgeux près de Tarare.

La nuit suivante, ils ont interpellés en flagrant délit alors qu'ils tentaient d'incendier une antenne à Ancy.

Les deux moines, membres d'un couvent situé dans le Beaujolais, disent agir pour "prémunir la population des effets nuisibles" de la 5G.