Cécile Bourgeon avait été condamnée à 20 ans de réclusion criminelle en 2018 après avoir maltraité et tué sa petite fille de 5 ans, Fiona.

Elle avait d'abord affirmé avoir perdu sa fille dans un parc avant de reconnaître l'avoir en réalité enterrée. Cécile Bourgeon a depuis été libéré à la faveur d'une décision de la cours de cassation. Elle doit être à nouveau jugée à la fin de l'année 2020 à Lyon.

Depuis sa sortie de prison, la jeune femme de 32 ans s'est remariée et a accouché d'une petite fille qui a directement été placée par une juge des enfants hors du foyer familial. Mais Cécile Bourgeon compte bien se battre pour la garde de son enfant. Une audience est prévue le 15 juin 2020 devant une juge des enfants du tribunal judiciaire de Perpignan ( Pyrénées-Orientales).

Le procureur de Perpignan a refusé de commenter les raisons pour lesquelles il avait requis le placement de l'enfant même si le passé de toxicomane de l'accusée et son état dépressif actuel peuvent fortement motiver cette décision.

La fillette est le quatrième enfant de Cécile Bourgeon. Elle s'était déjà vue retirer la garde de ses deux autres enfants lors de son procès en première instance en 2016 à Riom.

"J'ai le droit d'être enceinte si je veux" avait-elle balancé lors des débats en choquant l’opinion publique. Elle avait également affirmé qu'elle souhaitait, à l'avenir, avoir d'autres enfants "en dépit du fait qu'elle soit accusée d'avoir porté des coups mortels à sa fille".

Son prochain procès est prévu du 1er au 18 décembre devant la cours d'appel du Rhône, à Lyon. Elle encourra une peine de 30 ans de réclusion pour "les violences entraînant la mort de Fiona sans intention de la tuer".