Lyon 1ERE

LYON : NOUVELLES RÉGLEMENTATIONS POUR LES MEUBLÉS DE TOURISME

Eleonore Roussel

Eleonore Roussel

Ces meublés représentent plus de 9000 adresses à eux seuls dans la ville de Lyon, et limitent ainsi la place disponible pour les habitants, tout en augmentant les loyers. Pour lutter contre ce phénomène, la Métropole a mis en place de nouvelles réglementations. 

En une vingtaine d’années, la Métropole de Lyon a accueilli plus de 170 000 habitants, et la démographie de la ville va encore augmenter. Les prévisions indiquent une hausse de 8600 habitants par an jusqu’en 2040.

Ces conditions mettent déjà à mal l’enjeu du logement à Lyon, mais cela est sans compter le phénomène relativement nouveau des meublés de tourisme tels que AirBnb, pour n’en citer qu’un. 

« Ce sont autant de logements qui sont immobilisés et extraits du marché locatif. Pour les propriétaires, c’est un moyen de réaliser des profits plus importants alors que d’autres cherchent à se loger et ne trouvent pas »

Renaud Payre, Vice-Président de la Métropole de Lyon en charge de l’habitat

Afin de limiter leur impact sur le parc immobilier lyonnais, en particulier celui de l’hypercentre, la Métropole a instauré de nouvelles régulations : tout meublé de tourisme de l’hypercentre devra être compensé dès le premier mètre carré par un second bien immobilier dédié à l’habitation. La stratégie de compensation veut que ce bien ne soit pas à son origine un logement (local, bureau…) afin de créer de nouvelles habitations. 

Pour ainsi dire, chaque personne cherchant à acquérir un bien à proposer comme meublé de tourisme dans ces quartiers, devra à présent en acheter deux, au nombre de mètres carrés équivalents. 

Cette nouvelle régulation ne s’applique cependant qu’aux meublés loués pour une durée supérieure à 120 jours.