Le groupe de Vincent Bolloré jette l'éponge et a annoncé que le service prendra définitivement fin dans la Métropole le 31 août prochain.

Ce dispositif de voiture électrique en libre service était présent à Lyon depuis 2013 et impulsé sous la mandature Collomb. Au total, plus d’une centaine de stations ont été déployées un peu partout dans la Métropole jusqu'à même arriver il y a quelques temps sur l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry. Le service Bluely, détenu par le groupe Bolloré, se retire de la métropole de Lyon alors que la barre des 10 000 abonnés actifs venait d’être dépassée en 2019. Le service n'aura jamais réussi à trouver sa rentabilité, malgré les aides et l'accompagnement de la ville. La crise sanitaire du Covid-19 et le confinement auront donc été fatal à ce service.

Suite à cette annonce, le président de la Métropole, Bruno Bernard a annoncé vouloir déployer un nouveau dispositif d’auto-partage, basé en grande partie sur les stations existantes. Des discussions sont en cours avec le groupe EasyVia filiale EDF, ou encore avec Lyon Parc Auto qui pourrait étendre son offre, jusqu’ici essentiellement assurée sur les véhicules thermiques.

« Nous prenons acte de la décision de Bolloré d’arrêter l’autopartage à Lyon mais aussi dans beaucoup de villes dans le monde. Nous allons voir avec Lyon Parc Auto si nous pouvons le développer », a réagi Bruno Bernard. Le président écologiste de la Métropole de Lyon en a profité pour faire part d’« une volonté forte de récupérer des espaces pour implanter des bornes disponibles pour les véhicules électriques des habitants et des professionnels ».