Saisi par la métropole de Lyon cette semaine, le tribunal administratif force la réouverture ce mercredi 3 avril de l’usine d’incinération de Rillieux-la-Pape, placée sous protection policière.

Depuis le 19 mars, les éboueurs font grève pour demander de meilleures conditions de travail et rémunérations. Après deux semaines de grève, des déchets accumulés dans les villes, et deux usines bloquées, le tribunal administratif intervient à Rillieux et compte bien faire de même à Gerland.

David Kimelfeld avait négocié vendredi avec des représentants de l’intersyndicale et offert selon lui “une proposition particulièrement engagée aux agents de la collecte” : une augmentation des salaires entre 89 et 159 euros bruts mensuels. Mais la réouverture de l’usine de Rillieux ne signifie pas pour autant la fin de la grève : les éboueurs de l’entreprise privée Pizzorno Environnement ont rejoint mardi le mouvement, réclamant une augmentation de leurs salaires et une prime pour les éboueurs qui travaillent à l’arrière des camions.

Le collectif des grévistes aurait demandé une nouvelle réunion aujourd’hui même.