Alors que les conflits au sein de La République En Marche se font de plus en plus sentir, l’affrontement Collomb-Kimelfeld pour la présidence de la Métropole de Lyon devient officiel.

Gérard Collomb a annoncé sa candidature hier lors d’une interview donnée au Progrès, une semaine seulement après que David Kimelfeld ait lancé la sienne. Il avait placé Kimelfeld à la tête de la Métropole lors de son passage au gouvernement ; après avoir abandonné ses fonctions de ministre pour retrouver le poste de maire de Lyon, Gérard Collomb semble vouloir retrouver plus de responsabilités.

Une décision qui ne fait pas sourire tout le monde au sein de LREM. Beaucoup se sont ralliés aux côtés de David Kimelfeld, chez les élus comme dans la société civile. “On ne comprend pas ce que cherche Gérard Collomb,” explique Jean-Louis Touraine, député LREM de Lyon et compagnon de longue date de l’ancien ministre de l’Intérieur. “Il faut être logique et faire passer l’intérêt général devant son propre intérêt.”

David Kimelfeld avait refusé la proposition de Gérard Collomb de faire affiche à deux : Collomb à la Métropole et Kimelfeld à la mairie. Nombre d’interrogations se lèvent aussi quant à l’âge de Gérard Collomb : à 71 ans, il occuperait la présidence de la Métropole de 72 à 78 ans. Mais si l’intéressé plaisante de ces inquiétudes, il est difficile de dire vers qui les soutiens de LREM vont se tourner maintenant que les campagnes de Collomb et Kimelfeld sont lancées.