La Région Auvergne-Rhône-Alpes met en place un plan d’urgence à destination des femmes victimes de violences infrafamiliales.

"Les interventions en zone gendarmerie ont augmenté de 32 % en une semaine et de 36 % dans la zone de la préfecture de police de Paris", avait indiqué Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur.

Face à cette hausse, le ministre de l'Intérieur avait annoncé la mise en place d’un tout nouveau dispositif. Les femmes victimes de violences peuvent se rendre en pharmacie et bénéficier de la protection immédiate de la police ou de la gendarmerie.

Près de chez nous, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a également décidé d'agir contre les violences faites aux femmes :

  • Mise à disposition de près de 60 nouveaux logements d’urgence pour héberger les femmes victimes de violences et leurs enfants, en complément du parc immobilier déjà financé par la Région.
  • Prise en charge des loyers et des besoins en alimentation pour les femmes bénéficiaires des nouveaux logements mis à disposition, en lien avec le tissu associatif.
  • Mise à disposition des internats de nos lycées à destination des acteurs de la lutte contre les violences conjugales afin d’accueillir en urgence les femmes victimes et leurs enfants.
  • Achat d’un abonnement à une plateforme de visioconférence pour maintenir et resserrer le lien entre les victimes et les associations permettre ainsi un meilleur accompagnement au quotidien.
  • Mise en place d’un plan de communication global sur l’ensemble de la Région pour favoriser la vigilance citoyenne et la prise en charge des situations à risque, en particulier chez les jeunes.
  • Lancement d’un travail sur les numéros d’urgence et plus particulièrement sur la mise en place d’une plateforme d’envoi de SMS d’urgence en lien avec le Ministère de l’Intérieur à la suite de la saisine du Gouvernement par Laurent Wauquiez.