La nuit dernière, le collectif de collage contre les féminicides a entamé des actions contre les sociétés de VTC et particulièrement Uber accusée récemment d'agressions sexuelles par des chauffeurs.

#UberCestOver : c'est le hashtag qui secoue la société Uber depuis plusieurs semaines. Des voix se sont élevées contre l'entreprise de VTC partant du témoignage d'une étudiante strasbourgeoise, dénonçant un chauffeur ayant tenté de l'embrasser. Depuis, plus de 700 témoignages ont été partagés, un mouvement à l'image du hashtag #balancetonporc montrant que le harcèlement sexuel ne recule hélas pas.

Plusieurs collages ont été faits dans les métropoles françaises la nuit du 11 décembre. A Lyon, le mouvement a collé de nombreuses affiches sur les murs des locaux de l'entreprise.

Le mouvement attend beaucoup de la rencontre entre Marlène Schiappa et les responsables d'Uber ce jeudi 12 décembre. L'entreprise doit s'expliquer après avoir été accusée de supprimer des messages dénonçant des agressions sexuelles, homophobes et transphobes.