Martial Passi, qui avait fait appel de sa condamnation pour prise illégale d’intérêts, écope d’une peine réduite plus faible encore que celle requise par le procureur.

Il avait fait en sorte que sa soeur Muriel Goux soit embauchée comme directrice générale des services de la Ville de Givors. Il écope aujourd’hui de six mois de prison avec sursis et d’une inéligibilité d’un an, mais d’aucune amende. Mme Goux, quant à elle, à été condamnée à quatre mois de prison avec sursis.

Il est difficile de savoir, cependant, si l’ancien maire communiste pourra réellement continuer d’exister en politique une fois le délai d’inéligibilité passé. Lui dont le nom revenait souvent pour la présidence du Sytral devra faire face au jugement des citoyens, surtout après les révélations de la Chambre régionale des Comptes sur sa gestion de Givors, qui indiquait près de 30 000 euros de frais suspects.