Du 18 septembre au 5 janvier, la 15ème édition de la biennale d'Art contemporain, événement très attendu à Lyon, soulignera la force de l'Art contemporain à travers une toute nouvelle organisation.

Intitulée Là où les eaux se mêlent en échos à la géographie même de Lyon, cette nouvelle édition se veut une biennale multi-site qui dépasse l'idée de l'exposition pensée dans un simple lieu clos.

Cette biennale itinérante montre une dimension toujours plus grande et ambitieuse en investissant outre le Mac, qui reste le second lieu de l'exposition internationale, de nombreux lieux associés dont les anciennes Usines Fagor. Ces usines en friche de pas moins de 30 000 mètres carrés, situées au cœur du quartier de Gerland, viennent remplacer les 6000 mètres carrés utilisés à la Sucrière.

Outre ce nouveau site cette biennale se montre être aussi une ouverture sur la ville de Lyon, la Métropole et sur la région en s'organisant autour de quatre plateformes complémentaires situées sur l'ensemble du territoire :

  • La plateforme Veduta, comptant pas moins de 12 communes, s'inscrit particulièrement dans le territoire de la métropole et favorise ainsi le dialogue entre les artistes et les industriels sur les sites eux-mêmes.
  • La plateforme Jeune création internationale est réservée aux artistes émergents
  • Un autre ensemble d'expositions est labellisé expositions associées et regroupe la fondation Bullukian, le Musée des Beaux arts de Lyon (ENSBA), l'Institut d'art contemporain, Villeurbanne/RhôneAlpes (IAC) et le musée d'art contemporain de Lyon présenté par l'IAC
  • Enfin, la plateforme Résonance proposera des expositions ou événements en lien avec la biennale et témoignant de la dynamique artistique de la région

Cette biennale marquera aussi un renouveau artistique avec les membres du palais de Tokyo et la directrice artistique Isabelle Bertolotti venant remplacer Thierry Raspail qui a créé cette biennale. Cette nouvelle édition valorisant la parité entre les artistes hommes-femmes donne une visibilité nationale et internationale pour les cinquante-trois artistes présents. Ils sont issus de tous les continents mais la moitié habitent en Europe et un tiers en France ce qui permettra de valoriser la scène artistique hexagonale.

Cette biennale a été pensée comme un parcours physique, visuel ou encore spirituel au milieu d'un paysage d'émotions où la question du vivant et donc de l’humain trouve une place importante. Ce sera par ailleurs une exposition très vivante puisque seulement un seul des artistes n'est plus en vie, il s'agit de Gustav Metzger dont l'oeuvre exposée est toutefois un paysage vivant en soit.

Enfin, 156 entreprises sont partenaires de cette nouvelle biennale et l'aide au financement est d'un total de plus de trois millions d'euros. Avec 2.68 millions d'euros, la Métropole de Lyon se montre être le premier financier de cette biennale.